2016 / Cuba

PREMIER SYMPOSIUM INTERNATIONAL de NÉONATOLOGIE
La Havane, 26-27 avril 2016

Lors du Congrès, Lene Hesse a présenté « DMT cérébral du prématuré » et « PEC au Danemark des bébés prématurés ».

Laurence Caemex (pédiatre CHI Créteil), a présenté « La nutrition entérale du prématuré » et « La PEC du deuil périnatal ».

Projection du film « Padres : actores o socios en los cuidados »

Thème abordé : « La ventilation non invasive et le rôle de l’IDE »

cuba2016

Les actions de Nenes del Mundo :

Apport de matériel : 160 kg
Échange franco-cubain autour des pratiques professionnelles.

En développement :
Page facebook et nouveau site Nenes del Mundo
Demande des Cubains d’un prochain congrès
Déplacement dans d’autres hôpitaux (province)
Faire venir des personnes ressources au CHIC
Récupération du matériel
Projet d’organiser des rencontres entre médecins et infirmières cubains

2014 / Cuba

QUATRIÈME RENCONTRE de NÉONATOLOGIE FRANCO-CUBAINE
La Havane, 2 et 3 avril 2014

DSC_3820-2
Entrée de l’Hospital 10 de Octubre

Lundi 31 mars / Hospital 10 de Octubre : accueil des français par l’équipe cubaine, présentation du service de Néonatalogie, échanges entre médecins et infirmières.

DSC_3575DSC_3592DSC_3635dsc_3533

Mercredi 2 avril / Rencontre Franco-Cubaine à la Casa Victor Hugo

Session médicale et infirmière / Soins de développement, Stress du nouveau-né (modératrice Léna Rassmussen). « Que nous enseignent les plus petits autour de la prise en charge des prématurés ? » (intervention des infirmières de Créteil). « La mise en place du programme NIDCAP dans une néonatologie française » (Emilie Ingrand, hôpital d’Evry). « Rapprochement des pères dans l’attention des nouveaux-nés à Cuba » (Leonel Mendez Alarcon, la Habana). « Une méthode d’identification du stress du nouveau-né dans un service » (Sébastien Mur, Lille)

DSC_3408
La pédiatre Laurence Caemex et le chef de service Leonel Mendez Alarcon.

Session médicale / Atelier d’investigation clinique en néonatologie. « Y a-t-il un sens à une néonatologie expérimentale ? » (Jorge Gallego). Présentation des différents types de protocoles d’investigation en néonatologie et discussion (France et Cuba).

Session infirmière / Soins aux moins de 1500 grammes : échange d’expérience entre les services (présentation vidéo, diaporamas et discussions).

Jeudi 3 avril / Suite de la Rencontre Franco-Cubaine à la Casa Victor Hugo

Session médicale et infirmière / Sécurité du patient en néonatologie (modératrice Léna Rassmussen). « Gestion de la sécurité : connaissances actuelles concernant l’identification et la prévention des erreurs » (Laurence Caeymaex, Créteil). « La vraie vie avec les erreurs : point de vue des infirmières » (infirmières de Créteil). Présentation des erreurs à Cuba.

Session médicale / Encéphalopathie anoxo-ischémique du nouveau-né à terme. « Protocole national français et rationnel scientifique de l’usage de l’hypothermie » (Inès Layouni). « Expérience du devenir néphorologique des enfants au détours d’une asphyxie périnatale » (François Nobili, Besançon). Infectiologia « Conduite à tenir concernant l’antibiothérapie dans les unités de soins au nouveau-né à Cuba » (Dra Tania Roig).

Session infirmière / Prévention des infections : accès veineux en néonatologie.

DSC_4108
Photo de groupe du Quatrième Congrès franco-cubain.

2011 / Cuba

TROISIÈME RENCONTRE de NÉONATOLOGIE FRANCO-CUBAINE
La Havane, 15-22 octobre 2011

Thème de la première journée : Infections nosocomiales

Thème de la deuxième journée : Soins de développement

mereenfant

matos09
Matériel stérilisé, stocké dans un placard nettoyé une fois par semaine.
matos08
Couveuse de transport.
labo
Le laboratoire du service et sa technicienne.

Les mamans viennent nourrir leur enfant toutes les 3 heures (elles sont logées et nourries à l’hôpital). Après la mise au sein, elles tirent leur lait manuellement auprès de leur enfant.

Le lait est nominatif. Il n’est pas stocké. Sauf dans le cas d’un enfant à jeun, il servira à un autre enfant en ayant besoin. Un prélèvement bactério est fait tous les matins, le bilan sérologique des mères est fait pendant la grossesse.

lait04

Dans certains services, les pères ont le droit de visite. Dans d’autres, ils ne peuvent entrer dans l’unité et ne voient leur enfant que par une coursive.

LES POINTS COMMUNS

La pose d’une sonde gastrique :

L’ablation du KTVO et envoie de l’embout en bactério :

Les confections « maison » :

NOS AXES DE TRAVAIL

L’importance de l’installation :

Inciter à faire participer les mères aux soins :

L’importance de la place du père auprès de l’enfant et comme soutien pour la mère :

L’importance de la prise en charge de la douleur.

L’importance du lavage des mains et, si possible, de l’utilisation du SHA.

Les rencontres des années précédentes portent leurs fruits :

unite

cuba2011-10deoctubre
Hospital 10 de Octubre

obrera

cuba2011-maternidadobrera
Maternidad de Obrera
groupe
Photo de groupe du troisième Congrès franco-cubain.

2008 / Cuba

cuba2008
Nelly Thomas (psychomotricienne de Créteil), Leonel Mendez Alarcon (chef de service de l’unité néonat à la Havane), et Marie Pécot (puéricultrice à Rennes).

Trois hôpitaux cubains (Obrera, 10 de Octubre et Gonzales Coro) ont accueilli pendant une semaine une infirmière de Rennes (Marie PECOT) et une psychomotricienne de Créteil (Nelly THOMAS) en mai 2008.

Ce séjour fait suite aux premières rencontres franco-cubaines de néonatalogie en mars 2007.

La première journée a été consacrée à la théorie avec 4 interventions choisies par les cubains : les soins de développement, le positionnement, le bain enveloppé et le suivi neuro-développemental des grands prématurés. 60 cubains sont venus assister aux conférences.

Ensuite, la pratique a eu lieu tous les matins dans les 3 hôpitaux avec beaucoup de questions et d’échanges autour de nos pratiques. L’accueil fut très convivial, chaleureux et festif. Dans chaque hôpital, il y avait un visage connu, venu en stage en France en début d’année. L’évaluation de ce qu’ils avaient déjà mis en pratique a pu être faite.

Les projets continuent avec l’organisation des prochaines rencontres franco-cubaines, l’évaluation de nos interventions, approfondir certains thèmes comme les soins de développement et le suivi des prématurés. Le manque de matériel se fait toujours sentir et des demandes spécifiques ont été faites pour les prochains séjours.

Le voyage de plusieurs cubains en France est envisagé avec la venue d’une interne pour 6 mois en 2009 à Créteil, et peut-être la venue d’un médecin et d’une infirmière fin 2008.

Memorendum cubain :

Taller de Cuidados Integrales al recien nacido. Participacion de 60 médicos, enfermeras y técnicos de laboratorios cubanos. 1 enfermera y 1 psicomotricience de Francia.

Témoignage d’Adeline

Adeline est infirmière au CHI de Créteil, elle a accompagné Nenes del Mundo en 2011 à Cuba.

Cette année, nous sommes une quinzaine de soignants de différents hôpitaux de France : médecins, infirmières, psychologue, psychomotricienne, sage-femme, a avoir eu la chance de partir découvrir les services de néonatologie cubains, à la rencontre des soignants, des bébés et de leurs parents.

Quand on découvre les hôpitaux de la Havane, nous sommes tout d’abord agréablement surpris par l’accueil des équipes. Ils nous attendent, sont heureux de nous faire découvrir leur service. En effet nous représentons le regard extérieur qu’ils ne peuvent pas avoir. Ils se sont dégagés du temps pour être disponibles. Certains viennent même sur leurs jours de repos pour nous rencontrer et échanger. Ils n’ont pas peur d’être jugés.
Puis c’est la découverte des locaux, du service, du matériel, tellement restreint en comparaison à ce que nous connaissons dans nos services respectifs.
Viens ensuite la rencontre avec les enfants et leurs mamans : moments intenses émotionnellement !
 Toutes les questions se bousculent : pourquoi fait-on ça ? Pourquoi l’enfant est-il installé ainsi ? Pourquoi les mamans ne restent-elles pas plus d’une heure auprès de leur bébé ? Pourquoi les pères ne sont-ils pas présents ?
On est parfois déconcerté voir choqué par certaines rencontres, pratiques, certains discours ou organisations.
Chacun doit alors à sa manière prendre du recul, se remettre en question, s’interroger, échanger pour comprendre que, même si la culture, les fonctionnements, les moyens sont différents, notre but est le même : prendre en charge ces tout-petits de la façon la plus globale et la plus humaine possible.
Leurs pratiques nous ont rappelées que la technologie, le matériel, l’accès aux connaissances mondiales font beaucoup dans le domaine dans la néonatalogie mais certainement pas tout.
La mise en place de l’allaitement maternel, le rôle et la présence de la mère et du père  auprès de leur bébé sont tout aussi indispensables.

Nous avons pu constater que les rencontres des années précédentes avaient été bénéfiques pour les soignants cubains. Cela donne une motivation supplémentaire pour poursuivre ces actions qui sont fortement attendues par les cubains.
A notre retour, ils restent beaucoup d’images, d’émotions, de bons souvenirs, des rencontres mais aussi une énergie et une volonté de changer ou de faire évoluer certaines choses dans nos services, là où nous travaillons au quotidien.
Notre gaspillage de matériel nous paraît inconcevable après avoir vécu cette expérience. Nous avons beaucoup de progrès à faire dans ce domaine.
Nous gardons d’autant plus à l’esprit à notre retour que l’hygiène et l’asepsie dans les soins techniques sont primordiales dans la prévention des infections nosocomiales.
L’accompagnement des parents nous paraît d’autant plus fondamental.

Cette expérience n’a fait que renforcer le sentiment que, malgré la surcharge de travail souvent présente dans nos services, nous ne devons surtout pas négliger l’accueil et la prise en charge des parents auprès de leur enfant.
Cette rencontre nous rappelle également combien nous avons de la chance de travailler avec suffisamment de matériel, avec des équipes pluridisciplinaires, d’avoir accès à des formations, de pouvoir tout simplement échanger librement pour remettre en question nos pratiques et les faire évoluer.

Aller à la rencontre d’horizons différents nous a permis de nous ressourcer tout en reconsidérant différemment notre quotidien. 

Il nous reste à savoir communiquer à nos équipes respectives cet élan que nous a apporté cette merveilleuse et unique expérience à l’autre bout du monde